Les localisations méconnues du lymphœdème

Les localisations méconnues du lymphœdème

Le lymphœdème des membres, bras ou jambes, est aujourd’hui bien connu. Mais saviez-vous qu’il peut, plus rarement, atteindre la tête, les parties génitales ou le sein ? Si le drainage et la compression font partie des traitements habituels de ces lymphœdèmes délicats, ils requièrent des gestes et des soins particulièrement doux et méticuleux initiés par des professionnels de santé experts.

  • Le lymphœdème du visage, de la tête ou du cou est habituellement une complication d’un cancer ORL et de ses traitements (radiothérapie et chirurgie). Il peut engendrer des sensations de serrement, de pesanteurs et d’engourdissement, mais aussi entraver la mobilité du cou. Un drainage lymphatique local et un traitement compressif doux par bandage initiés avant la sortie de l’hôpital permettent de réduire l’œdème et d’assouplir la peau.
  • Le lymphœdème des organes génitaux peut survenir après un traitement pour un cancer dans la zone pelvienne : cancers de la vessie ou du rectum, lymphome, et plus spécifiquement cancers du col de l’utérus, de l’endomètre ou de l’ovaire chez la femme et cancer de la prostate chez l’homme. Il peut apparaître en même temps ou après un lymphœdème d’un ou des deux membres inférieurs. Chez l’homme, le lymphœdème atteint le scrotum (testicules) ou le pénis et chez la femme, la vulve ou le pubis. Ce lymphœdème est susceptible d’engendrer de l’inconfort, des sensations de pesanteur, de la gêne à la marche et s’associer à des lésions cutanées. Il nécessite la plupart du temps une première prise en charge dans un centre spécialisé en lymphologie. Les traitements comprennent la pose de bandages, le port de slips ou pantys compressifs et des auto-drainages lymphatiques. Une chirurgie permet de diminuer les volumes excédentaires.
  • Un lymphœdème du sein fait suite au traitement d’un cancer mammaire (chirurgie du sein et des ganglions axillaires, radiothérapie). Le sein atteint est enflé, mou et présente des rougeurs. Le traitement de ce lymphœdème repose sur des séances de drainage lymphatique et si besoin, un bandage compressif léger sur le sein concerné.

La pose des bandages et compressions dédiés à ces zones fragiles du corps, très technique, requiert l’intervention d’un professionnel de santé. Celui-ci pourra, si nécessaire, apprendre à la personne atteinte du lymphœdème à les faire ensuite elle-même chez elle. Des soins cutanés et une hygiène très stricte sont nécessaires pour éviter les infections et faciliter la guérison.

Sources documentaires

  • European Wound Management Association (EWMA). Focus Document: Lymphoedema bandaging in practice. London: MEP Ltd, 2005.
  • Purcell A. Head and neck lymphoedema management practices Journal of Lymphoedema, 2013, Vol 8, No 2
  • Jie Deng et al. : Differences of symptoms in head and neck cancer patients with and without lymphedema. Support Care Cancer, 2016, 24:1305–1316
  • Vignes S, Trévidic P : Lymphœdèmes génitaux. Journal des Maladies Vasculaires. Vol 40, N° 2, mars 2015, pp. 108-109
  • Vignes S, Trévidic P : Lymphœdèmes pénoscrotaux : étude rétrospective de 33 cas, Annales de Dermatologie et de Vénéréologie Vol 132, N° 1, janvier 2005, pp. 21-25
  • Rönkä HR, Pamilo MS, von Smitten AJ, Leidenius MHK : Breast lymphedema after breast conserving treatment, Acta Oncologica, 2004, 43:6,551-557

Article publié le 11 octobre 2017 par Emmanuelle Manck, rédactrice scientifique et médicale.

Pathologies <